Accueil
 
 
 
 

Point presse du 5 Avril 2013

Point presse du 5 avril 2013

 

Comme nous vous l’avons indiqué dans notre invitation du 30 mars dernier à cette rencontre de presse, nous souhaitons aborder avec vous cet après-midi deux questions :

 

  • notre positionnement face à la situation politique, économique et sociale actuelle

 

  • notre positionnement sur la préparation des élections municipales de mars 2014 à Calais.

 

  1. La situation actuelle, qu’elle soit politique, économique ou sociale EST GRAVE.

 

Tout le monde  a entendu cette interpellation tenue lors d’un récent déplacement présidentiel

« Hollande, elles sont où tes promesses ? »

et qui montre que l’exigence de changement du printemps dernier n’a pas disparu.

Elle a été réaffirmée par nos élus lors du récent débat sur la motion de censure à l’Assemblée Nationale.

C’est évident, bien des électeurs de Gauche s’interrogent.

 

 Et les derniers sondages sur la cote de popularité de F.H le montre bien :

  • 24% lui font confiance et c’est dans ses propres rangs que la désillusion est forte : 62% des sympathisants socialistes lui font encore confiance.
  • Et l’affaire CAHUZAC n’arrange rien : il suffit d’écouter   Gérard FILOCHE (secrétaire national du PS !!!)

Certains se découragent même devant l’entêtement du gouvernement PS-Ecologistes à appliquer les mêmes recettes que le précédent !

 

Et  sa dernière intervention télévisée le prouve bien :

François HOLLANDE persiste et signe.

 

Après un début  de semaine très chargé en affaires judiciaires qui auraient pu permettre à FH de mettre en pratique ce qu’il avait dit, l’intervention télévisée présidentielle a confirmé qu’il ne pas tiendra pas ses promesses.

En effet, quelques affaires judiciaires ont éclaté cette semaine, ébranlant encore plus notre système politique et par conséquent risquant d’augmenter encore plus le nombre de personnes désabusées, le nombre d’abstentionnistes ou de votes extrême.

 

  • lundi, Sylvie ANDRIEUX (ex-présidente socialiste PACA) est jugée pour « détournement de plus de 700 000 € »
  • mardi, Jérôme CAHUZAC démissionne suite son affaire de blanchissement de fraude fiscale
  • mercredi, on perquisitionne chez Christine LAGARDE, susceptible d’avoir participé au détournement de plus de 300 millions d’euros
  • jeudi : mise en examen de SARKO.

Nous verrons bien si HOLLANDE est intraitable face à ceux qui se croient autorisés à voler les deniers publics comme il l’a dit.

 

Par contre, ce qui est sûr, c’est que sur bon nombre de promesses faites avant son élection, peu verront le jour :

  • le chômage va continuer d’augmenter : pas grave, nous allons nous attaquer à la durée d’indemnisation et à son montant !!!
  • la caisse des retraites est déficitaire : pas grave, on va augmenter la durée de cotisation, on va taxer les retraités !!!
  • il faut créer des emplois : pas de problème, il approuve l’accord signé par le MEDEF et 3 organisations syndicales minoritaires !!!
  • il faut réduire les dépenses de l’Etat : grâce à la décentralisation, l’Etat va se désengager encore plus sur les collectivités territoriales !!!

Il faut être honnête et reconnaître que l’on peut espérer voir le bout du tunnel (ou de la crise) grâce à une mesure dont on a du mal à mesurer l’importance : « la simplification administrative ».

Fini la complexité, finie la paperasserie.

 

Mais au-delà de la boutade, il est bien triste de voir un président qui n’entend, ni ne voit, les cris qui s’élèvent et le peuple qui se mobilise.

On a l’impression qu’il vit dans une bulle (ou plutôt sur un piédestal) qui l’isole du peuple et de ses représentants : dans son intervention télévisée, pas un mot des élus (députés, sénateurs), pas un mot des organisations syndicales (sauf les félicitations pour l’accord avec le MEDEF) et d’ailleurs, pas un mot de son équipe et du 1er ministre.

 

FH est seul puisqu’il ne parle qu’à la 1ere personne JE.

FH est le chef d’Etat de la France mais FH n’est plus de Gauche : c’est lui qui le dit, mais c’est nous qui malheureusement  le vérifions.

Et bien, puisqu’il en est ainsi, alors mobilisons-nous :

 c’est l’appel que nous lançons à tous les démocrates  et ce dès le 9 avril où tous les communistes calaisiens seront derrière les syndicats appelant à cette mobilisation.

 

Cette situation pèse sur le mouvement social.

Elle brouille les repères, comme cela s’est vu dans les élections partielles récentes.

Et ce ne sont  pas les aveux de J. CAHUZAC qui mettent en lumière toutes les magouilles, embrouilles, copinages au plus haut niveau de l’Etat, qui vont réconcilier les français avec la chose publique (STRAUSS-KHAN, SARKOZY, TAPIE, WOERTH, GUERINI, BETTENCOURT, LAGARDE..).

 

Et ce ne sont pas les promesses non tenues qui aideront cette réconciliation :

le gouvernement ne s’attaque pas ouvertement aux fraudes et évasions fiscales (80 millards d’€ alors que le déficit de la France en 2012 était de 98 milliards !), c’est le moins que l’on puisse dire ! Comme l’avait promis le candidat HOLLANDE.

Par contre, il s’attaque, lui comme son prédécesseur, aux plus petits, aux plus faibles (salariés, retraités, demandeurs d’emploi..). En leur faisant croire qu’ils supportent autant les méfaits de la crise que les plus riches !!

« C’est  la crise, et il n’y a pas d’autres solutions ».

Alors des millions d’hommes et de femmes de Gauche se posent la question :

peut on faire autrement ?

Et ils ne trouvent pas d’autre réponse car la presse répète en boucle la même rengaine.

Et si pour de nombreux français, la politique c’est tous des pourris, par contre à la télé on voit et on entend des spécialistes qui prouvent avec des chiffres, des courbes et un langage d’expert qu’on ne peut pas faire autrement.

 

Alors comme nous l’avons fait le 5 mars sur l’accord minoritaire sur la flexibilité du travail, c’est un débat de fond que le PCF et les forces du « Front de Gauche » ont décidé de mener dans tout le pays.

Nous entendons, avec les moyens qui sont les nôtres, faire la démonstration, en lien direct avec les préoccupations les plus immédiates de notre population (pouvoir d’achat, emploi, santé, logement …) que d’autres choix sont possibles et surtout nécessaires.

 

Ne prenons que l’exemple de l’emploi …

Notre pays a passé le cap des 5 millions de demandeurs d’emplois entrainant avec lui le chiffre record de 10 millions de pauvres survivant dans la 5ème puissance mondiale.

Dans notre région, il faudrait créer 360 000 emplois pour donner du travail à tous ceux qui en demandent un !

C’est catastrophique pour Calais, le Calaisis et la Région.

Et puisque je vous parlais des 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, au vu de la situation locale je me demande ce que sera la prochaine campagne des associations Resto du cœur, Secours Populaire, AEC et autres !!

 

Les enjeux pour aujourd’hui et demain sont considérables car

  • au-delà de l’explosion des impôts locaux (plus 40% en 5ans),
  • au-delà de l’échec total de la collectivité sur la question de l’emploi avec plus 32% de chômage alors que Mme BOUCHART promettait d’aller les «chercher avec les dents » (elle ne doit plus en avoir beaucoup !),

c’est d’une véritable orientation anti-sociale dont il faut avoir peur.

  • volonté de remettre en cause la solidarité en direction des personnes âgées, des calaisiens en difficulté,
  • remise en question des aides municipales apportées aux associations,
  • affaiblissement de l’appareil municipal lui interdisant de pouvoir répondre aux besoins de notre population
  •  craintes pour un certain  nombre d’organismes.

 

Les responsables communistes sont, à partir de cette réalité, plus que jamais persuadés que seul le rassemblement de toutes les forces de gauche pourra empêcher ces mauvais coups.

 

La campagne que nous avons décidé de mener lors de notre Congrès local fin janvier, c’est de « reconstruire l’espoir ».

 

Elle vise à un triple objectif : écouter, débattre, rassembler.

1er objectif : écouter  parce que 10 mois après l’élection présidentielle (où nos électeurs ont été décisifs pour battre le clan SARKOZY), 10 mois après, la vie des gens n’a pas changé. Il est donc important (surtout face à la démagogie du FN), important  de leur tendre la main et de leur montrer qu’ils ne sont pas seuls face aux difficultés.

Nous comprenons et partageons cette colère qui germe en eux. Et les récentes affaires  l’acentue.

Nous éprouvons tous un sentiment de colère face à l’indécence et l’arrogance de l’argent.

Mais sans cette attitude d’écoute sincère, la résignation, voire l’écœurement risquent de tout emporter. La colère, sans débouché politique, conduit rarement à l’action.

 

 

 

2ème objectif : débattre parce qu’il est urgent de réfléchir à d’autres choix qu’à ceux qui ne font qu’aggraver les difficultés du plus grand nombre.

 Il y a besoin de confrontation entre les citoyens, les forces vives du pays et les partis politiques.

Face à la gravité de la situation personne ne peut prétendre porter seul les solutions pour en sortir. C’est un débat que nous voulons ouvrir.

Il ne suffit pas de dire « c’est la crise ».

Cette réponse sert de réponse à tout, sans répondre à rien depuis 2008 !

Il est illusoire de penser (comme la plupart des dirigeants du PS) que le système se régulera tout seul et qu’il suffit de mettre un accompagnement social pour passer ce qu’ils appellent un « mauvais cap ».

Il faut s’attaquer à la structure de ce système et prendre le contre-pied de sa logique. C’est ce que nous appelons « l’humain d’abord ».

 

 

 

 

 

Et donc, 3ème objectif: rassembler  parce que c’est la vocation du PCF.

 Pour changer les choses, il y a besoin de changer le rapport de force. Nous n’y parviendrons que par l’union et le rassemblement (nous l’évoquerons tout à l’heure sur la question des municipales).

Le rassemblement, nous le concevons bien au-delà du cercle de notre influence habituelle.

Il s’adresse à toutes celles et tous ceux pour qui « L’humain d’abord » est essentiel. Nous proposons d’ailleurs de mettre en place un « front des luttes » d’ici peu à Calais.

L’espoir n’est donc pas dans le renoncement ou le repli, mais il est dans le rassemblement et la mise en mouvement des citoyens.

 

C’est à cet objectif que nous voulons être utiles.

 

Quelle meilleure transition pour aborder la question des municipales ?

 

 

 

 

Je serai bref pour répondre ensuite à toutes vos questions sur ce sujet d’importance, cette interrogation :

les forces populaires et de Gauche seront-elles capables de se rassembler autour d’un projet clairement débattu avec la population, pour bouter hors de l’hôtel de ville en mars 2014 l’équipe BOUCHART-BLET et consorts et empêcher l’extrême droite de se faire une place définitive à Calais ?

 

Pour éclairer le chemin de l’année à venir sur ce rassemblement, les communistes calaisiens, suite à leur Congrès local d’octobre 2012, ont pris deux décisions :

  • choisir leur « chef de file » à l’occasion de leur réunion du vendredi 29 mars
  • rencontrer avant la fin mars, l’ensemble des responsables des forces progressistes et de Gauche. Cela sur la base d’un courrier envoyé dès le 29 janvier.

 

Où en sommes-nous ?

Nous avons désigné notre « chef de file » lors de notre réunion du 29 mars dernier. Ce sera Jacky HENIN qui assumera donc désormais à ce titre la responsabilité de la campagne que nous mènerons avec nos partenaires et la population.

 

En toute transparence, je vous indique que dès ce soir, avec notre Collectif de direction, nous allons établir les bases et le contenu de cette campagne électorale, du projet à discuter.

 J’ai, bien évidemment, informé nos partenaires futurs de notre choix de « chef de file » et des suites que nous souhaitons donner.

 

Cette donc à notre demande que nous avons rencontré un certain nombre d’organisations. Toutes ont répondu et nous les avons donc rencontrés (à l’exception du PS qui n’aurait pas reçu notre courrier).

Nous avons rencontré : les Verts (Europe Ecologie les Verts), le Parti de Gauche, le PRG, le NPA, Lutte Ouvrière et le Rassemblement Démocratique de Gauche du Calaisis (je vous les donne dans l’ordre de nos rencontres !).

Au-delà de nos différences, toutes ces organisations ont été sensibles à notre invitation et à l’idée de battre l’équipe BOUCHART.

Elles l’ont été aussi sur notre volonté de gagner sur la base d’un projet local rassemblant la population, notamment des quartiers populaires.

Elles ont accepté de nouvelles rencontres une fois notre chef de file désigné.

En nous nous retrouverons donc avec chacune d’entre elles, une par une pour avancer sur le projet. Cette façon de faire pourrait nous permettre une rencontre commune en juin.

 

D’ici là, chacun va continuer à travailler sur ses idées, ses propositions, y compris sur le contenu de la campagne, les étapes de mobilisation populaire. Sans préjuger de la suite, nous pourrions être  en « ordre de campagne » pour la rentrée de septembre. Ce qui n’empêche en rien les initiatives des uns et des autres d’ici là.

 

Nous entendons consacrer cette période à la remobilisation citoyenne et populaire. Car ce sont les calaisiens et calaisiennes qui trancheront par leur mobilisation et leurs votes en mars 2014.

 

C’est pourquoi nous allons proposer l’organisation d’assemblées-réunions citoyennes autour du projet municipal. C’est donc à une grande campagne de rassemblement, d’ouverture très large que nous allons nous atteler maintenant.

 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.